Indian Head, SK

Étude de Cas 

Lorsqu’ils ont besoin de services de soutien aux activités policières, les municipalités et les services de police comptent sur l’expertise de Commissionnaires – une entreprise qui offre une vaste gamme de services à plus de 80 communautés du Canada comprenant en outre l’application des règlements municipaux, le contrôle de la circulation, les services détention, la signification de citations et beaucoup plus encore.

Typiquement, les commissionnaires assurent la prise en charge des tâches secondaires afin de libérer les agents de police pour la réalisation des fonctions essentielles. De plus, cette impartition des fonctions secondaires permet aux municipalités de réaliser des économies et de réaffecter les ressources policières aux fonctions primaires, dont notamment la protection de la communauté.

Ces services revêtent d’ailleurs une importance capitale dans les petites communautés n’ayant pas de corps policier en place. Ces communautés font souvent appel aux détachements de la GRC pour la fourniture de services d’application de la loi au besoin. Néanmoins, il y a toujours des attentes à satisfaire dans le quotidien d’une communauté et des règlements municipaux à faire respecter. Cela est notamment le cas de la Ville d’Indian Head, en Saskatchewan, et sa population de 1 815 résidents.

Défis

Le conseil municipal d’Indian Head voulait améliorer la qualité de vie dans leur petite ville déjà idyllique en assurant un bon contrôle du bruit, la propreté des cours, ainsi que la propreté et la sécurité des rues. Ce fut Cam Thauberger, administrateur municipal, qui s’est vu confier la responsabilité de combler ces besoins et d’assurer le respect des règlements municipaux.

Toutefois, la gestion de nombreux dossiers, comme les plaintes et les problèmes de stationnement, s’accaparait déjà de beaucoup de son temps. M. Thauberger devait trouver un moyen de se libérer afin de prendre un rôle plus actif dans l’administration, l’organisation et la gestion de la ville.

Solution

Ayant entendu dire que Commissionnaires offrait des services d’application des règlements municipaux, M. Thauberger a rencontré un représentant de la division du Sud de la Saskatchewan. « Commissionnaires a pris connaissance de nos besoins et y a donné suite en créant une solution personnalisée », a affirmé M. Thauberger.

Résultats

Depuis l’embauche il y a deux ans d’un commissionnaire, la ville a modifié le mandat de ce dernier afin d’inclure un volet de sensibilisation à ses fonctions d’application des règlements. « Le rôle de notre commissionnaire s’articule davantage autour de l’éducation du public que des amendes, a précisé M. Thauberger. Il est important de communiquer aux résidents ce qu’ils peuvent et ne peuvent pas faire. » 

Plutôt que de donner des avertissements et de rédiger des rapports, M. Thauberger estime que la méthode qui fonctionne le mieux pour sa communauté consiste à prendre le temps d’aider les résidents à comprendre leurs responsabilités en matière de bruit, d’entretien de leur propriété, de stationnement, etc. « Ce n’est pas bon pour le moral de la communauté d’être trop sévère. Les résidents veulent vivre dans des quartiers sécuritaires et savoir qu’on protège leurs ressources. C’est en plein ce que notre commissionnaire nous offre », a expliqué M. Thauberger.

« Il sait comment gérer les situations difficiles lorsqu’elles surviennent. Il est toujours prêt à travailler avec nous ou à modifier son approche afin de satisfaire aux exigences de la ville. Somme toute, il m’impressionne par le calibre de son travail », a ajouté M. Thauberger.

Le simple fait d’avoir un commissionnaire en fonction modifie les comportements. « La présence et l’influence de notre commissionnaire suffisent à eux seuls pour contrôler la façon de conduire des étudiants », a expliqué M. Thauberger.

« Jusqu’à présent, j’entretiens une excellente relation avec Commissionnaires. Je n’hésiterais pas à embaucher un commissionnaire à l’avenir. Je qualifierais notre collaboration d’excellente, efficace et très professionnelle », a conclu M. Thauberger.