Page content

Le retour au marché de travail est parsemé d’obstacles pour les vétérans

November 14, 2016

By Stu Gooden, Global News

Le retour à la vie civile après le service militaire n’est pas une transition facile. Plusieurs vétérans se retrouvent aux prises avec des troubles mentaux, des obstacles à la recherche d’un emploi et même l’itinérance.

Un rapport publié par Emploi et Développement social Canada en 2015 estime qu’il y aurait quelque 2 250 vétérans sans abri au Canada.

Plusieurs d’entre eux n’ont aucune économie à leur départ des Forces armées.

« Un tiers des vétérans des Forces armées canadiennes ont droit à une pension. Ce qui est troublant, toutefois, c’est que cela signifie que deux tiers des vétérans n’en ont pas. Ils ont réellement besoin d’une source de revenus », a souligné Mike Cooper, Chef de la direction de Commissionnaires Nord de la Saskatchewan.

Don Field, qui a servi 25 ans dans la Force aérienne, travaille actuellement comme agent de sécurité pour Commissionnaires à Saskatoon et il très reconnaissant de pouvoir compter sur ce poste.

« Mon travail me redonne un sens d’utilité. Un sens d’appartenance dans la communauté. C’est également un retour sur le marché du travail, et je suis très heureux d’y être », a affirmé ce vétéran de la Guerre froide.

Commissionnaires est le plus important employeur privé d’anciens combattants canadiens. Cooper souhaite que d’autres entreprises suivent cet exemple.

« À leur départ des Forces armées canadiennes ou de la GRC, les vétérans ont énormément de potentiel à offrir. Ils sont très bien équipés pour assumer des fonctions clés, a ajouté Field.

Nous avons beaucoup de connaissances. Nous sommes beaucoup plus que de simples soldats, aviateurs ou marins. »

© 2016 Global News, une division de Corus Entertainment inc.  

 

.