Les vétérans ont besoin d’aide

Bill Sutherland, The StarPhoenix

Réf. : Série « Retour d'Afghanistan »  Merci d’avoir attiré notre attention sur l’impact de la plus longue mission de combat de l'histoire du Canada sur nos vétérans.

Comme l’indique l’article « Afghan vets take aim at job market » (SP, 28 février), la réintégration au marché de travail civil représente l'un des plus grands défis auxquels sont affrontés les vétérans à leur retour. La génération de vétérans du « lendemain du 11 septembre » est affrontée non seulement à un contexte économique difficile, mais également à une culture d’entreprise plus ou moins familière qui appréhende mal les compétences et les expériences acquises au fil du service militaire.

Les Commissionnaires existe notamment pour aider les anciens combattants des Forces canadiennes à surmonter ces obstacles et trouver des emplois valorisants.

Ces objectifs sont au cœur de notre mission depuis nos débuts, il y a 87 ans.

Notre organisme sans but lucratif est le plus important employeur privé d’anciens combattants. Nous avons embauché des milliers de vétérans au fil des années.

Dans les faits, les Forces canadiennes libèrent quelque 5 000 membres annuellement depuis quelques années, et Les Commissionnaires en embauche plus de 1 000 chaque année. La majorité de ces derniers ne sont admissibles ni à une pension du gouvernement ni aux programmes du ministère des Anciens Combattants.

Il nous incombe à servir nos vétérans comme ils nous ont servis.

Bill Sutherland, Président du Conseil national des gouverneurs, Les Commissionnaires.